1972 egg workers.jpg

Publié le 26 Mars 2019

Technologie en couvoir : hier et aujourd'hui

La photo ci-dessus, prise en 1972, raconte une histoire fascinante sur l’évolution de la technologie en couvoir. Les couvoirs d’aujourd’hui sont conçus autour de l’efficacité des ressources, la biosécurité, et des contrôles intégrés pour la production d’oiseau de meilleure qualité. Les incubateurs modernes sont maintenant automatisés et contrôle avec attention chaque aspect de l’environnement de milliers d’œufs qui, à la fin, vont produire des poussins ou dindonneaux d’un jour.

Ron Jöerissen est le Directeur des Opérations et des Services Globaux pour l’activité Ponte et a été un témoin direct de l’évolution de la technologie en couvoir. Découvrez sa perception sur le sens donné par les nouvelles technologies à nos couvoirs et sa vision pour le futur.

Quels sont les changements les plus importants dans la technologie d’un couvoir ?

Le changement le plus important dans la technologie d’un couvoir est de loin le passage d’une incubation à chargement multiple à une incubation à chargement unique (single-stage), où tous les contrôles de l’environnement peuvent être automatisés et rigoureusement contrôlés dans un seul incubateur. Les avantages d’une incubation à chargement unique comprennent une meilleure biosécurité et moins de travail manuel, qui ont conduit à moins d’erreurs dans l’incubation. Durant les années précédentes, le coût opérationnel d’un incubateur à chargement unique était supérieur à celui d’un chargement multiple. Grâce à un investissement dans un système de récupération de la chaleur, ce coût est au moins devenu équivalent. Toutes ces avancées à travers l’incubation à chargement unique ont généré une meilleure éclosion et qualité.

La gestion de l’air est un autre domaine d’amélioration. Grâce à la technologie moderne des systèmes de récupération de la chaleur, l’air frais entrant est conditionné avant utilisation. Dans les nouveaux couvoirs, l’air évacué des incubateurs n’est plus réutilisé, et la plupart du temps, l’ensemble de l’air n’est utilisé qu’une seule fois avant d’être évacué vers l’extérieur. Les nouveaux systèmes de récupération de chaleur récupèrent celle de l’eau de refroidissement pour contrôler l’air à l’intérieur des salles du couvoir (incubateurs, éclosoirs, …).

Quels sont des exemples d’amélioration d’efficacité, de biosécurité, de confort et sécurité de travail, et de production d’une meilleure qualité de poussin ou dindonneau ?

Lors de la construction de nouveaux couvoirs et de la rénovation d’infrastructures existantes, l’élément le plus important pour créer un couvoir moderne et efficace est de bâtir un flux optimal de produits dans le bâtiment. Il est plus facile de créer ce flux du trafic lors de la construction d’un nouveau couvoir, mais cela peut aussi être amélioré lors du remodelage. Un flux de produit à sens unique, sans la possibilité d’une contamination croisée entre les œufs, les animaux, les personnes et l’air, est le moyen le plus efficace pour améliorer la biosécurité d’une manière générale dans un bâtiment. Au final, l’efficacité globale s’en trouve améliorée grâce à un flux de produit optimal.

Nous avons également assisté à des investissements dans des nouveaux couvoirs qui sont équipés aux dernières normes en termes d’isolation, de fermeture des portes, de matériel et logiciel informatique, qui permettent d’optimiser l’ensemble du processus d’incubation. Un équipement de nettoyage et de désinfection efficace et centralisé, couplé à une nouvelle conception de sol, de drainage et de fosse, sont parfaits pour optimiser les processus de nettoyage et augmenter les standards en matière de biosécurité. Une attention croissante est également portée aux systèmes d’automatisation pour la gestion des œufs et des poussins/dindonneaux. C’est un élément crucial pour les couvoirs de commerciaux qui doivent gérer un nombre grandissant de produits par jour d’éclosion.

Le mirage des œufs à couver le jour du transfert est un autre bon moyen pour réduire les déchets en vendant des œufs « clairs » en tant que produit dérivé. En retirant les œufs « clairs » au transfert, cela permet aussi d’améliorer la qualité du poussin/dindonneau pendant la dernière étape de l’incubation. Enfin, une attention plus grande est portée au confort et la sécurité des travailleurs lors de la conception d’un couvoir. Ceci passe par l’optimisation de l’espace de travail, l’installation de douches de qualité et de zones de pauses.

Grand island hatchery opening
Couvoir de ponte en commerciaux à Grand Island, Nebraska (USA) construit en Août 2017

Quelles sont les tendances importantes que vous voyez pour la technologie en couvoir dans le futur ? Plus d’automatisation ? Plus d’efficacité énergétique ?

L’automatisation et l’efficacité énergétique va continuer à se développer dans les prochaines années, mais la tendance la plus importante pour l’industrie de la ponte (œuf de consommation), sera de loin l’évolution du sexage dans l’œuf. La technologie en couvoir va également évoluer par la mise en place de cette nouvelle technologie de sexage dans les infrastructures actuelles ou des investissements dans de nouveaux bâtiments de couvoirs. En fonction des exigences locales, la vitesse de mise en place de ce type de technologie va être différente. Cependant, nous savons que ce n’est plus la question de savoir si cette technologie sera disponible dans l’industrie de la ponte, mais quand elle le sera et quand nous devrons l’adopter.

Par ailleurs, un intérêt et des initiatives se développent afin de trouver des moyens pour surveiller la croissance de l’embryon par des méthodes non-invasives. Le fait de garder un œil sur le bien-être de l’embryon à l’intérieur de l’incubateur en temps réel, et d’utiliser cette information pour gérer les conditions au sein de l’incubateur, est un développement qui offre de grandes opportunités en termes de bien-être animal, d’efficacité, de qualité et des défis liés au planning.